Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 12:43
Intervention de Michel Fischer, élu communiste, au Conseil Municipal du 16/12/2005 - février 2006 en réponse à l'article de la Majorité paru dans le Bar info de décembre dernier.

Aborder un fait de société dans la tribune politique ouverte d'un journal municipal pourquoi pas ? Utiliser la révolte des banlieues pour tenter de dénigrer ses opposants, est beaucoup plus contestable.

Oui, incendier des voitures, des magasins ou tout autre bien d'autrui est inacceptable et doit être réprimé et puni avec ou sans police de proximité.

Oui, il faut responsabiliser l'individu. Non, il ne faut pas le rejeter du monde du travail, en particulier, sous prétexte qu'il vit dans tel quartier ou qu'il porte tel patronyme.

Non, il n'est pas supportable que 40% de la population active soit ou chômage dons certaines banlieues. Oui, votre majorité, comme nous I'opposition représentons une société qui a été incapable, depuis des lustres, d'intégrer correctement l'ensemble de ses citoyens, et ce n'est pas par l'invective que nous avancerons, ni en affirmant benoîtement je cite : "qu'il y a probablement des mesures à prendre dans ce domaine", mais certainement, dans beaucoup d'autres aussi.

Oui, Neuilly-sur-Seine devrait avoir autant de logements sociaux que Bar le Duc. Non, nous ne devons pas concentrer les populations en difficulté toujours dans les mêmes quartiers. Lutter efficacement contre les fléaux de notre société que d'autres peuples, poussés par la misère idéalisent encore au point d'en arriver parfois à perdre la vie en tentant de parvenir sur notre sol, implique que nous cessions de démolir systématiquement ce que I'autre a entrepris pendant le mandat précédent.

Il ne suffit pas, non plus, d'applaudir haut et tort et de parler de société "black blanc beur" lors d'une victoire en coupe du monde et de traiter plus bas que terre celui qui est né différent, dés les flonflons éteints. Bien sûr l'auteur de cette tribune n'a pas abordé les faits sous l'angle de la discrimination ou du racisme, je I'imagine suffisamment averti, mais il a été beaucoup plus insidieux en tentant d'attiser la peur et pourquoi pas la haine ce que je réprouve avec la plus gronde énergie.

L'appétit démesuré du pouvoir ne justifie à mes yeux aucun excès.

Repost 0
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 09:39
Plan Local d'Urbanisme et projet urbain - décembre 2005

La phase d'élaboration du Plan Local d'Urbanisme est essentielle. Elle permet de traduire concrètement les orientations fixées par le plan d'aménagement et de développement durable en se datant des outils nécessaires à sa mise en œuvre

C'est l'outil technique d'une politique plus globale d'aménagement du territoire. A ce titre il n'aura de sens dans la durée que s'il vient compléter ou appuyer les outils de développement du territoire dont la responsabilité incombe à la Communauté de Communes qu'il s'agisse du logement des transports, de l'économie locale, des services.

Le budget de la municipalité mais aussi des Barisiens est de plus en plus serré. Les disponibilités foncières à Bar-le-Duc se font rares. Aussi, la coopération et la mutualisation des moyens sont désormais au cœur des arbitrages.

Enfin, il n'est plus possible de laisser l'urbanisation se développer au détriment de la qualité de vie et environnementale.

Dès lors les réponses aux besoins des populations et de l'économie locale sont à rechercher sur un territoire élargi au bassin de vie.

Le bon sens appelle aux rapprochements des territoires pour construire les projets de demain.

Repost 0
15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 09:36

Point d'étape sur notre action municipale 2001 - 2005  - N° spécial - novembre 2005

Au lendemain des élections municipales de 2001, élus minoritaires, nous nous sommes engagés à contribuer, par nos propositions, à l'action municipale. C'est dans un esprit constructif que nous agissons et que nous agirons au sein du conseil municipal.

La publication que vous avez dans les mains, avant tout, est destinée à exposer le bilan du Maire (inconnu à l'heure ou nous rédigeons cet article). Toutefois, nous doutons fort qu'il fasse état de la forte hausse de la fiscalité locale du retentissement relatif du festival renaissance au vu des sommes engagées, des différences de vue entre Madame le Maire et son premier adjoint (également Président de la Communauté de Communes), préjudiciables à la conduite d'une politique concertée de nombreux projets, annoncés à grand renfort de communication, qui n'ont pas vu le jour....

Quant au faible espace réserve à la minorité (450 mots maximum), il ne nous permet pas d'aborder concrètement quatre années d'engagement aux côtes des Barisiens. Enfin, le satisfecit n'est pas de mise : trop de personnes restent sur le bord du chemin, avec des difficultés emploi, logement.

Aussi, à trois ans des échéances municipales de 2008, il importe de faire le point humblement : les réponses apportées sont-elles à la hauteur des attentes : les politiques conduites sont-elles en phase avec les besoins des Barisiens ?

Pour notre part, nous nous engageons à rester à l'écoute des Barisiens et à relayer leurs besoins au sein du Conseil Municipal à veiller au développement harmonieux de notre ville.

Repost 0
15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 09:34
Nouveau Plan d’Urbanisme à Bar-le-Duc - octobre 2005

Dans le cadre de la mise en place d’un nouveau Plan Local d’Urbanisme, voici un premier volet portant sur le développement durable.

Comme le veut la loi, la ville de Bar-le-Duc doit présenter un plan de développement durable. Ainsi, au cours d’un conseil municipal les résultats d’une étude portant sur ce thème nous ont été exposés.

Comme par hasard, le travail produit par le cabinet d’études recoupe très largement les volontés et les désirs de la majorité municipale. A ce stade, on peut s’interroger sur la nature réelle de la demande. Soit on laisse carte blanche, soit on indique clairement ce qui doit être dégagé. Au vu du résultat, il semble bien que la demande ait été fortement orientée. Quel bel argument électoral devient alors ce plan de développement durable !

En effet alors que la notion de développement durable se doit de s’inscrire dans la durée, des éléments tels que, par exemple, l'explosion continue à venir du prix de l’énergie, la hausse des loyers,… ne sont absolument pas pris en compte. Cela aura pourtant de très fortes conséquences sur le plan de circulation, sur l’urbanisme à conduire ! Nous sommes à l'aube de changements très marqués dans nos modes de déplacement, de consommation,…pas un seul mot là dessus ! C’est grave.

Revitalisation du centre ville, place du commerce actuel,… sont laissés de côté pour mettre en valeur des arguments électoraux chers à la majorité tels que la gare multimodale, le quartier Renaissance…

Enfin que dire de l’absence totale dans cette étude, de l’impact négatif de Bure sur le développement du Sud Meusien et donc de Bar-le-Duc ? Ce n’est ni en donnant 45 mn au collectif contre l’enfouissement pour exposer son point de vue qui plus est en séance privée, ni en désignant les participants à une manifestation nationale contre Bure comme étant des casseurs que l'on peut évacuer cette épine qui pèsera fortement sur le développement de notre secteur.

Traiter du développement durable est très important, la prospective est un des devoirs essentiels du politique mais il ne doit pas être mis au service d’une politique restreinte qui sert des intérêts particuliers. C’est ce à quoi nous avons assisté.

Repost 0
15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 09:31
Edifiant de lire les 2 tribunes dans le dernier « Bar info ». - octobre 2005

D'un côté, la minorité de gauche qui décrit avec justesse, tous les coups bas portés aux gens, pendant l’été, par le gouvernement. Les temps vont être de plus en plus difficiles pour une majorité de français.
De l'autre côté, une majorité de droite qui veut banaliser cette même réalité et nous invite donc à tout oublier et à danser la danse des canards à tout bout de champ.

D'un côté, une vision juste mais sombre et certainement trop restreinte, De l'autre, des paillettes du pain et des jeux. La réalité est entre les deux.

Aussi, peut-on rappeler à nos élus majoritaires que vouloir nous faire peindre la girafe en rose ou jaune d’or ne nous fera pas oublier que Bar-le-Duc est une petite ville où le logement est très très cher (nettement plus qu'à Nancy par exemple), que les impôts locaux y augmentent beaucoup plus que dans des communes semblables.

Aujourd'hui, pour beaucoup de Barisiens, loyer et impôts à payer, buffet à remplir, réservoir et cuve à fuel également à remplir..., absorbent la totalité du budget quand il est suffisant ! ! ! Il ne reste alors que peu de moyens pour la culture et les loisirs. CECI EST UNE REALITE.

Soyons clairs, culture et loisirs sont nécessaires à un équilibre de vie mais gardons-leur une juste place dans la cité. Culture et loisirs ne peuvent être une politique à eux seuls. S’en servir pour tenter de détourner le regard d’une réalité trop dure, ce n'est ni les respecter, ni les développer.

Alors, élus majoritaires de droite, essayez d'imaginer ce qui pourrait être fait concrètement au service des gens, avec toutes les sommes que vous consacrez à la communication et à l'image.

Ecran de fumée d'image ou service concret auprès de nos concitoyens, voilà une question importante. Nous voyons bien que peindre la girafe a votre préférence.
Repost 0
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 09:30
La rentrée sera rude… - septembre 2005

Si les mois d’été sont d’ordinaire propices à l’évasion, le gouvernement a mis à profit la pause sociale pour engager d’importantes réformes par voie d’ordonnances (procédure permettant de légiférer sans débat parlementaire).
C’est ainsi que le 1er ministre a lancé un plan d’urgence pour l’emploi, applicable dès le 1er août, dont la mesure la plus emblématique d’une politique toujours plus favorable au patronat se révèle être le Nouveau Contrat d’Embauche.

La rentrée, au dire du Président Chirac, devait être meilleure pour bon nombre d’entre nous. .. Il n’en sera rien.
Cette nouvelle mesure, qui devrait concerner 96 % des entreprises françaises (de moins de 20 salariés), transforme le « sécurisant » Contrat à Durée Indéterminée en contrat précaire, ouvrant ainsi la voie d’une réforme plus profonde du droit du travail. Désormais, les salariés seront assujettis à une période d’essai de deux ans, période durant laquelle l’employeur pourra mettre fin au contrat de travail sans avoir à justifier les raisons de cette rupture.
C’est le début de l’arbitraire, d’une précarité organisée. La perspective d’une généralisation de cette mesure à l’ensemble des entreprises est à l’étude.

La rentrée sera rude dans un contexte économique déjà morose : ces deux mois d’été ont vu leur lot de mesures sur un fond idéologique ultra-libéral faisant fi des hommes : chasse aux chômeurs jugés « trop mous » dans la recherche d’emploi, flexibilité du travail accrue, délocalisation et restructuration de multinationales, vente des autoroutes alors qu’elles deviennent rentables ; restructuration des services publics…

Et pourtant, l’ultra-libéralisme démontre chaque jour qu’il a atteint ses limites.
Ceux là même qui le prône appellent chaque jour l’État à la rescousse… pour sauver leurs capitaux !
Ce système a « formaté » beaucoup d’entre nous à accepter l’inacceptable. L’argent est source de pouvoir et la boulimie de ceux qui en veulent toujours plus n’a pas de limite. On assiste à l’emballement de la machine capitaliste qui broie des millions de personnes pour n’en servir que quelques-unes.

Un autre regard est possible pour que des solutions durables soient trouvées : c’est celui qui associe l’action contre la pauvreté et le combat contre les inégalités ; qui ne confond pas croissance économique, progrès et développement humain.
Repost 0
15 juillet 2005 5 15 /07 /juillet /2005 09:29
Signes de faiblesse ? A trop vouloir user du mépris on s’affaiblit.

A trois reprises la majorité municipale a utilisé l’ espace d’expression politique qui lui est réservé pour « tirer à boulets rouges » sur les élus de la minorité. Tout a été dit : « débats polémiques et stériles sur des dossiers structurants tels que la gare multimodale… L’opposition fait son œuvre de démolition… Démarche de désinformation… Joyeux club socialo-communisants en référence à la municipalité de Jean BERNARD… »

Notre étonnement est à la hauteur du mépris que la majorité donne à nos contributions. En effet, si elles sont, selon ses dires, peu pertinentes et polémiques, pourquoi prendre la peine et le risque d’afficher publiquement son mépris .  Les barisiens ne seraient-ils pas en capacité d’en juger, ou nos remarques seraient-elles à ce point pertinentes qu’elles menaceraient les fondements de l’unité de la majorité ?

On peut s’étonner de cet acharnement à vouloir discréditer nos propositions à l’élaboration des politiques municipales par des attaques de personnes. L’action publique doit pouvoir s’exposer en toute sérénité, en s’appuyant sur des convictions, une vision prospective de l’action à conduire sur notre territoire.

Une telle démarche faciliterait les échanges et le débat. Nous l’avons toujours posée comme préalable à nos contributions. C’est dans cet esprit que nous poursuivrons notre action. A ce titre, nous invitons  les barisiens à relire nos différentes interventions qui portent toutes sur des dossiers majeurs .

 Bar le Duc a tout à gagner d’élus qui élèvent les débats. Cela passe nécessairement par le respect de l’expression de chacun.

A trois reprises la majorité municipale a utilisé l’ espace d’expression politique qui lui est réservé pour « tirer à boulets rouges » sur les élus de la minorité. Tout a été dit : « débats polémiques et stériles sur des dossiers structurants tels que la gare multimodale… L’opposition fait son œuvre de démolition… Démarche de désinformation… Joyeux club socialo-communisants en référence à la municipalité de Jean BERNARD… »

Notre étonnement est à la hauteur du mépris que la majorité donne à nos contributions. En effet, si elles sont, selon ses dires, peu pertinentes et polémiques, pourquoi prendre la peine et le risque d’afficher publiquement son mépris .  Les barisiens ne seraient-ils pas en capacité d’en juger, ou nos remarques seraient-elles à ce point pertinentes qu’elles menaceraient les fondements de l’unité de la majorité ?

On peut s’étonner de cet acharnement à vouloir discréditer nos propositions à l’élaboration des politiques municipales par des attaques de personnes. L’action publique doit pouvoir s’exposer en toute sérénité, en s’appuyant sur des convictions, une vision prospective de l’action à conduire sur notre territoire.

Une telle démarche faciliterait les échanges et le débat. Nous l’avons toujours posée comme préalable à nos contributions. C’est dans cet esprit que nous poursuivrons notre action. A ce titre, nous invitons  les barisiens à relire nos différentes interventions qui portent toutes sur des dossiers majeurs .

Bar-le-Duc a tout à gagner d’élus qui élèvent les débats. Cela passe nécessairement par le respect de l’expression de chacun.
Repost 0
15 mai 2005 7 15 /05 /mai /2005 09:27
Extrait de l’étude de INSEE sur le Pays Barrois, publiée en décembre 2004. - mai 2005

« Le Pays Barrois est composé de 125 communes, constituées en sept communautés de communes. Situé à l’extrémité du Département de la Meuse et relativement éloigné des grands axes de communication Régionaux et nationaux, le Pays Barrois se trouve isolé de la dorsale de développement de la région centrée sur le sillon lorrain ».
Le seul noyau urbain du Pays s’organise autour de Bar-le-Duc, ville de 16 900 habitants, qui, avec les communes de Behonne et Fains-Véel comptabilise 20 000 habitants.
Cette étude pointe un certain nombre d’indicateurs sur lesquels il convient de s’appuyer pour définir nos politiques locales.
Il y est rappelé que Bar-le-Duc est à l’écart des centres de croissance et de création de richesse ; sa population diminue et vieillit ; un jeune sur 4, âgé de 20 à 25 ans, quitte le territoire, ce qui laisse présager à terme, une accélération de la baisse des naissances. En outre, on assiste à une fuite des savoirs et des technicités vers les régions voisines, plus industrialisées.
Bien que l’industrie représente encore 25 % des emplois du Pays Barrois (7 100), Bar-le-Duc concentre une activité issue du tertiaire, secteur fragilisé désormais par les mesures de restriction budgétaires engagées par le Gouvernement (reconcentration des services sur les grandes métropoles régionales) qui toucheront, à court terme, les secteurs de l’éducation,  des services postaux, des administrations d’Etat.
Ces dispositions fragiliseront inévitablement l’activité économique de notre ville et l’offre de services qui tend à se mettre en place.
L’étude met en évidence l’attractivité et l’influence de Saint-Dizier. Cette ville constitue le premier pôle d’emplois extérieur avec 1800 emplois offerts aux actifs du  Pays Barrois, mais également un pôle commercial et de services attractifs.
Et cette  étude de conclure : « c’est peut-être ici que se joue l’avenir du Pays Barrois, vers le renforcement des liens et des échanges avec les Pays Nord Haut-Marnais et Vitryat, tout proches, au sein d’un bassin de vie, d’activité et de services élargi de près de 200 000 habitants »
Le Triangle serait-il en voie de renaître après avoir été, depuis 1995, totalement laissé à l’abandon ? Depuis plusieurs années, nous appelons de nos vœux la relance des coopérations entre ces trois villes, nécessaires au désenclavement de Bar-le-Duc.
A quand la réactivation de ce réseau de ville ?
Repost 0