Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 12:22
DSC00782.JPGMot d'accueil
En premier lieu permettez moi de vous présenter mes vœux. Que pour chacun d’entre vous  cette année 2008 réponde à toutes vos espérances. Qu’elle vous apporte dynamisme, sérénité, satisfactions familiales, professionnelles, santé avec une pensée toute particulière pour ceux qui, en ce début d’année, connaissent maladie, chômage ou solitude. Pour notre ville, que 2008 soit l’année du renouveau, d’une meilleure santé économique et l’année du retour à la confiance.

C’est cet espoir qui nous anime  à l’occasion du lancement de la campagne des municipales et nous y sommes enfin !

Etre ensemble aujourd'hui pour poser cet acte de candidature, c'est déjà en soit une victoire.

Rappelez-vous ! 2001. Pour la première fois une liste d’union réunissait dès le premier tour PS, PC et Verts. Pour ceux qui connaissent l’histoire locale, c’était une avancée extraordinaire et, pour nos adversaires, le mariage de la « carpe et du lapin ». Il est vrai qu’à la suite de la défaite de 1995, cette alliance restait fragile, car construite uniquement sur des accords de partis.

Depuis, les appréhensions ont disparu. Mieux, cette période au sein de la minorité municipale nous a permis de donner de la consistance à cette alliance. Une profonde amitié, un respect mutuel, une connivence  et surtout la confiance ont été le ciment  de notre groupe. Et pourtant, 13 ans c’est long, surtout dans l’opposition. De quoi en décourager plus d’un, même le plus militant. Pourtant nous sommes là aujourd’hui, plus ardents, plus forts que jamais pour mener cette campagne. Nous sommes prêts désormais car l'unité s'est forgée sur  un projet. Au moment où les français expriment le besoin d’un  rassemblement de toutes les forces et bonnes volontés, à Bar-le-Duc nous proposons  concrètement une véritable alternance, une équipe solide et unie donc, crédible,.

Avant d’ouvrir une nouvelle ère et pour clore définitivement le temps passé dans la minorité, je cède la parole à quelques élus qui m’ont accompagné durant ces 7 dernières années. Certains d’entre eux m’accompagneront une nouvelle fois, d’autres passeront la main, mais tous sont portés par la même espérance.


La parole est ensuite donnée à Didier Aynès qui fait la lecture du message de Philippe Geuring, (lequel ne se représente pas), puis à Michel Fischer (qui ne se représente pas), puis à Gérard Machline et à Roland Corrier.

Nelly continue avec son intervention "lancement de campagne"

Si je n’étais pas convaincue  que l’équipe en responsabilité depuis  13 ans est loin d’avoir atteint les résultats escomptés  et que notre projet soit porteur d’avenir,
croyez-moi,  je ne serais pas là aujourd’hui. J’aurais fait le choix de prendre des vacances, ce qui est, de loin, plus reposant.

Pour autant, je ne commettrai pas l’erreur de croire que nous serons élus sur la critique d’un bilan. L’alternance est possible mais seulement si nous savons convaincre  et réconcilier nos concitoyens avec la politique , en lui redonnant du sens.

Aussi, ne nous trompons pas d’enjeux. Mars 2007 a fait naître beaucoup de frustrations et d'angoisses alimentées par les réformes annoncées. Les évènements qui se sont succédés et les alliances hasardeuses ont semé le trouble. Je sais que beaucoup d’entre vous attendent de ces élections qu'elles traduisent le mécontentent de nos concitoyens. Or pour moi, Il ne s’agit pas de prendre une revanche. Je veux pouvoir convaincre, partager des convictions, pour  construire l’avenir.
Pour certains, le doute s’est installé face au matraquage médiatique de ces derniers mois.  Peut-on encore résister au mouvement ultra libéral qui s’impose à nous ? L’Etat providence a t’il encore une raison d’être? Ne faudrait-il pas s’orienter vers la troisième voie ?
On voudrait nous faire croire  que l’idéal de liberté, de solidarité, de justice et de fraternité  est  une utopie, un leurre. Que ces valeurs fondamentales pour l’humanité sont pourvoyeuses de désordres et de déficits budgétaires… Que dans un système d’économie de marché tout se vend sans aucun scrupule, y compris ce qui relève du bien commun.
Dans les faits, c’est tout le contraire. Ces valeurs  doivent rester le socle des politiques publiques quelque soit l’échelon de mise en œuvre. Il est vrai que notre société est désormais imprégnée par la culture  du résultat et de la rentabilité. Il est vrai aussi que nous avons fait le choix de la difficulté : Il sera toujours plus facile d’exploiter les divergences et les conflits plutôt que de créer les conditions favorables à l’harmonie et au respect mutuel.
Et pourtant : c’est à cet exercice que nous voulons consacrer toute notre énergie,  convaincus comme Socrate que « la meilleure philosophie est celle qui se fait sur la place publique, que la raison est d’abord dialogue, échange, contradiction, et que la vérité ne peut s’atteindre seul ». Vous voyez : le combat contre la pensée unique ne date pas d’hier mais demeure la seule voie de progrès.  L’échelon local est à mon sens l’espace qui s’y prête le mieux.
Enfin, n’oublions pas que la « chose publique » ne doit pas être assimilée à une technique du pouvoir aux mains des importants et des habiles. Il lui faut au contraire s’enraciner dans l’existence et la féconder afin de lui donner du sens. C’est à cette condition qu’elle retrouvera la dignité et la légitimité qui lui sont, aujourd’hui si fortement contestées.

C’est tout l’esprit de notre démarche : mettre l’homme au cœur de notre action. Notre projet collera au vécu et aux préoccupations des barisiens. Pour autant, il ne sera pas un catalogue de promesses qui laisserait supposer que tout est possible ; qu’une municipalité peut seule, résoudre l’ensemble des problèmes.

C’est le piège dans lequel est tombé la municipalité actuelle : celui de la surenchère des promesses avec à la clef, beaucoup de déception.
Comment être crédible dès lors qu’un bilan affiche des réalisations sans commune mesure avec les ambitions annoncées depuis 1995. Trop de projets n’ont pas aboutis. Et pourtant ils nous avaient promis de « réveiller Bar le Duc » et « d’aller toujours plus loin ».
Or,  ce n’est pas le réveil qui a sonné, mais la retraite. Ils quittent le navire, et cela peut s’expliquer. Ne nous avaient t- ils pas  promis :
- 200 000 touristes à l'horizon 2007. Les derniers chiffres font état de 25 000,
- Un camping de haut standing alliant thalassothérapie, activité sportive et ludique. A ce jour, pas l’ombre d'un projet concret.
-  un palais des congrès que toute la Meuse et la Haute Marne nous envieraient. Vous connaissez la suite…
-  Une ville chef lieu qui retrouve son rayonnement  : Dans ce domaine beaucoup de retard a été pris. Faute de projets présentés dans les délais,  nous avons perdu 85 % de  l’enveloppe allouée par la Région pour la période 2003-2006. Pas moins d’1 million d’€.
- Que dire de la redynamisation du  centre ville, cheval de bataille de cette équipe. Nous n’en sommes qu’à l’ébauche d’un projet.
- Quant au TGV, essentiel au développement de notre ville, il a été purement oublié jusqu’en 2007 : inauguration oblige. On connaît la suite : dessertes insuffisantes tout comme les places parkings, liaisons multimodales difficiles

Ce n’est pas forcer le trait que d’affirmer que  cette équipe a beaucoup promis et peu agi. Qu’elle est plus performante en communication qu’en gestion, laquelle reste très aléatoire. Elle laisse un passif important : outre les dossiers en cours de réflexion, et pas des moindres,  notre territoire devrait subir dans les prochaines années d’importantes restructurations  au sein des services de l'Etat et dans l'industrie. Il y a fort à parier que le prix à payer en matière d'emplois sera élevé. Or, nous n’y sommes pas préparés.
De telles évolutions ne peuvent laisser insensible et encore moins inactif, le premier magistrat de cette ville. Or qui d'entre vous a entendu le Maire s'exprimer à ce sujet, ne serais-ce que dans le cadre d'une analyse,  J'ai le sentiment que cette équipe poursuit sa route, protégée par le suffrage universel, sans s'apercevoir que l'environnement change. Mais à trop vouloir se protéger, ne finit-on pas par s'isoler ?.

Il me semble pourtant qu’être élu, c’est aussi s’engager au côté des barisiens, s’intéresser à leur quotidien. Mais s’ouvrir aux autres oblige à beaucoup de disponibilité et c’est en soi tout un programme. C'est notre programme. Chacun des objectifs que nous nous sommes fixés répondra à cette exigence de proximité, dans l'intérêt du bien commun. A l'opposé de la  logique du "toujours plus", nous agirons en faveur "du mieux" plus efficace et souvent moins coûteux sur le moyen terme.

Mais pour réussir ils nous faut réunir 3 éléments indispensables : une équipe motivée, un projet adapté aux besoins de la population et une mobilisation constante des barisiens, véritables acteurs du développement de notre ville.

L’équipe tout d’abord :
Je l’ai voulue plurielle, motivée et riche de l’expérience acquise au travers de ses engagements tant professionnel qu’ associatif ou syndical.
Quant à l’ouverture, particulièrement prisée en ce moment, je me refuse à l’instrumentaliser. Les alliances contre nature ne sont pas crédibles ni tenables dans la durée sauf à abandonner ses convictions. Comme dans beaucoup de villes de France, l’équipe en place à tenté des rapprochements, à mon grand amusement. Quant on sait que celui qui a été chargé des négociations est le même qui, au conseil municipal nous appelait les « socialo-communistes », j’imagine qu’il a du plus d’une fois manger son chapeau.
Je tiens à vous rassurer,  la tentative a échoué.
Pour ma part, j’ai fait le choix des convictions partagées, par respect des électeurs et des militants.

Mais parlons du  projet, nous sommes là pour ça :
Après une longue phase de concertation, il est en cours de finalisation et devrait être diffusé aux barisiens à la mi-février après avoir été validé par les membres de la liste, étape indispensable à la cohésion de l’équipe.

Pour les six années à venir  nous nous sommes fixé cinq objectifs :
- gérer la ville de manière irréprochable
- dynamiser le territoire
- réussir l’avenir
- agir pour l’environnement et le cadre de vie
- bien vivre à Bar le Duc

Ils seront les grands axes de notre programme car s’inscrivant dans une approche globale de ce que doit être la politique de la ville : développement, logement et cadre de vie, cohésion sociale et animation locale.

- En premier lieu, j’aborderai la gestion de la ville :
Alors que l’on demande toujours plus à nos concitoyens il est temps que cet effort soit partagé.
Nous serons des élus pleinement responsables et les exigences de rigueur, d’efficacité attendues de chacun, je me les imposeraient au premier chef. Je m’engage à stabiliser l’impôt et chaque somme dépensée le sera au profit des barisiens.

- Je poursuivrai par la redynamisation de notre territoire car les ressources existent. Ce sont les hommes et les femmes qui font vivre notre ville : salariés, entreprises, associations, services, commerces… Mais encore faut-il leurs redonner foi en leur avenir et l’écoute nécessaire  au moment où ils en ont le plus besoin.
Il est urgent de rétablir les liens avec le monde économique, de s’ouvrir à d’autres partenariats. Il nous faut penser le territoire autrement : il ne se limite pas aux frontières de Bar-le-Duc, pas plus qu’à celles de la communauté de communes ou du Pays. Les dernières directives ministérielles dans des domaines tels que la santé ou l’éducation, tout comme les analyses récentes de l’INSEE nous confortent dans notre idée première : le périmètre de demain sera le triangle. Il nous appartiendra de le faire vivre.

- Quant à Réussir l’Avenir : L’enjeu est de taille
Bar-le-Duc perd en population et vieillit. A cela il faut ajouter un constat récurrent : nos enfants, à capacités égales, font moins d’études supérieures que ceux vivant dans les départements voisins. Or, tout notre avenir se jouera dans les 10 années qui viennent : si nous ne savons pas  maintenir la population active, développer ses savoir-faire et surtout mobiliser les initiatives, nous prenons le risque du déclin. Et cela vaut pour l’enseignement mais aussi pour la culture, le sport et la citoyenneté.

- Le 4 ème axe,l porte sur l’ environnement et le cadre de vie :
Nous n’avons pas attendu le Grenelle de l’environnement pour être convaincus de la nécessité d’intégrer cette préoccupation dans l’action publique. Mais j’irai plus loin : c’est un autre état d’esprit qui nous anime . Nous concevons autrement l’aménagement et la vie dans notre ville. Aussi, je souhaite que Bar le Duc soit exemplaire. Nous disposons d’un atout : notre cadre de vie exceptionnel qu’il faut préserver et  valoriser.
Par ailleurs, la baisse du pouvoir d’achat conduira inévitablement à une modification des comportements et des attentes. Il nous faut donc anticiper ces mutations. C’est pourquoi nous agirons en faveur de la gratuité des transports urbains, mais aussi dans d’autres domaines comme les économies d’énergie, l’habitat, le recyclage des déchets…

- Enfin, bien vivre à BAR LE DUC, c’est surtout vivre en confiance.
Confiance en l’avenir, confiance en sa communauté de vie, confiance en l’équipe qui gère la ville. Face aux inquiétudes grandissantes de la population il nous faudra, à l’échelle de nos compétences, porter une attention toute particulière aux accidents de parcours qui frappent nos concitoyens. Mais il nous faudra aussi agir pour l’amélioration de la vie quotidienne en renforçant la qualité des services rendus et en favorisant l’animation de la vie locale.

Tous ces objectifs se déclineront par des actions concrètes qui figureront dans le programme.
On y retrouvera bien évidemment les grands projets tels qu’aménagement du centre ville, gare multimodale, extension du quartier de la fédération, aménagement des rives de l’Ornain, requalification du quartier St Jean, parking rue de Véel… et bien d’autres encore.

Nous sommes donc en ordre de marche. Il nous reste  8 semaines pour convaincre. Je ne pourrai pas le faire seule. C’est la mobilisation de toute une équipe, celles et ceux qui croient en ce projet qui permettra la victoire. Moi j’y crois, Mon équipe aussi : Roland bien sûr, mais aussi Didier, Gérard, Philippe Serrier, Diana André, Gilles Barnagaud, Anne Marie Bies, Claude Naudin, Marilyne Menoux, Philippe Peltier, Francis Mergel, Mireille Goeder, Gilles Taguel, Christian Raulot, Chantal Desprez sans oublier Alain Burnel (l’ancien, celui qui a l’expérience de 25 ans de gestion municipale) et… Mais, j’arrêterai là l’énumération pour me réserver un nouvel espace médiatique…. A consommer sans modération.

Mes amis, le temps est venu de relever la tête. Ensemble nous allons nous battre. Votre mobilisation sera notre force. Cette campagne électorale n’est pas mienne. Elle est portée par toutes celles et ceux qui veulent voir leur ville changer de visage. Cette campagne est donc votre campagne.

Aussi osons relever la tête et levons-nous pour faire entendre notre voix. Offrons aux Barisiens une autre alternative.


merci

Partager cet article

Repost 0

commentaires